François Rabelais

Sa vie...

L'État-civil n'existe pas encore en cette fin de XVème siècle : l'illustre auteur serait né près de Chinon en Touraine en 1483 mais certains parlent de 1495 ! Fils d'avocat, il apprend la rhétorique, l'arithmétique, l'astronomie... et entre en 1510 comme novice chez les Franciscains à Angers. Passionné par le Grec, il se met à entretenir une correspondance avec Guillaume Budé, le fameux helléniste et humaniste français. Vers 1528, il se lance dans la médecine, monte à Paris, et devient père de deux enfants malgré sa charge ecclésiastique. Il termine sa médecine en 1532 à la faculté de Montpellier et se rend à l'Hôtel-Dieu de Lyon pour exercer. Il rencontre alors le futur Cardinal Jean Du Bellay, l'oncle du poète de la Pléiade Joachim du même nom, qui le place sous sa protection : Rabelais évolue alors dans un milieu cultivé et instruit.

Portrait de Rabelais

Rabelais

En 1533, il découvre Rome lors d'un premier voyage en Italie au cours duquel il accompagne son protecteur pour une mission auprès du pontife ; lors de son voyage suivant en 1534, il parvient à se faire libérer de ses vœux monastiques par le pape Paul III. Deux ans plus tôt, s'inspirant d'un recueil à succès «Grandes et inestimables chroniques de l'énorme géant Gargantua», Rabelais réinventait cette culture populaire et imaginait un fils au géant : «Pantagruel» était publié la même année. Deux ans plus tard, il réécrit les histoires du géant père à sa manière : 1534 est l'année du succès pour «Gargantua». Cependant, dans cette nouvelle littérature où la langue française supplante le latin, les grivoiseries sont souvent de mises et le vocabulaire outrancier, n'est pas au goût de tout le monde : les théologiens et autres pédagogues de la Sorbonne fustigent cette œuvre mais en ignorent l'auteur... Rabelais avait pris soin de faire publier ces recueils sous le pseudonyme d'Alcofibras Nasier, l'anagramme de François Rabelais ! Il sera impitoyablement attaqué par ces mêmes personnes lorsque les ouvrages paraitront sous son vrai nom en 1542.

Pantagruel

Pantagruel

Après un bref retour à la médecine et quelques autres voyages en Italie, Rabelais s'installe à Metz et se remet à écrire. Malheureusement, ses soutiens décèdent peu à peu. Le plus important reste néanmoins bien en vie : François Ier en personne... En 1545, il obtient un privilège royal pour faire publier son «Tiers livre» sous son propre nom. La publication du livre attirera encore les foudres de toutes les têtes «bien pensantes» de l'époque. Néanmoins, pour l'heure, et ce malgré le décès du roi en 1547, Rabelais a toujours de fervents partisans hauts-placés : le nouveau roi Henri II lui-même plébiscite l'auteur. Ceci le décide à se lancer dans son «Quart livre» qui sera publié en 1552. Mais les temps changent. Quelques heurts opposent Catholiques et Protestants... ils ne sont encore que verbaux mais la tension est vive. Diane de Poitiers, la famille de Guise et l'Église catholique accentuent leur influence sur le roi... bientôt, Rabelais est lâché par ses derniers protecteurs, le Cardinal Du Bellay en tête : le «Quart livre» est censuré... Rabelais décède un an plus tard, le 9 avril 1553.

S i vous voulez briller en société...

Précédent Home CityStories