Michel-Ange

Sa vie...

N é le 6 mars 1475 en Toscane, Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni dit Michel-Ange n'est pas destiné à devenir l'illustre artiste qu'il deviendra ensuite. Son père, un notable, refuse catégoriquement que son fils s'engage sur cette voie : c'est donc contre l'autorité paternelle que le petit Michel-Ange devient apprenti en 1488. Studieux, doué, opiniâtre, il est repéré par son maître qui le recommande auprès du seigneur de Florence, Laurent de Médicis : Michel-Ange devient rapidement son protégé. Mais en 1492, quand son mécène décède, il migre vers Bologne, se consacre à de longues études d'anatomie avant de se poser à Rome en 1496. Là, son nouveau protecteur, un cardinal, lui commande l'une de ses premières merveilles : «La Pietà».

La pietà - Michel-Ange

La pietà (1499)

Quatre ans plus tard, nouvelle escale à Florence où il sculpte son célébrissime «David» et peint sa non moins célèbre «Sainte famille». Puis c'est de nouveau Rome en 1505 : le pape Jules II, fraîchement élu, lui demande de réaliser son tombeau, un mausolée aux dimensions pharaoniques dans l'enceinte même de la toute jeune basilique Saint-Pierre : de cette œuvre, qui ne sera achevée que 40 ans plus tard, on retiendra son grandiose «Moïse». Malgré un temps de disgrâce liée entre autre à son homosexualité, Michel-Ange se voit commander l'œuvre qui l'immortalisera à jamais : la décoration du plafond de la Chapelle Sixtine le retiendra dans la Ville éternelle entre 1508 et 1512, quatre années durant lesquelles il vivra seul, insoucieux de son existence matérielle... un ermite dans le Saint des Saints. La Chapelle est inaugurée le jour de la Toussaint 1512 dans l'enthousiasme général.

Le jugement dernier dans la Chapelle Sixtine - Michel-Ange

Le jugement dernier dans la Chapelle Sixtine (1536-1541)

Suite à la mort de son pape protecteur, Michel-Ange retourne dans sa bonne ville de Florence où quelques années plus tard en 1529, en froid avec le nouveau pontife Clément VII, il se fait architecte : il est chargé par le pouvoir en place de construire des fortifications censées protéger la ville contre les troupes de Charles Quint et du Pape Clément. Mais la brouille entre les deux hommes ne dure pas. Après la chute de Florence, Michel-Ange doit s'y résoudre : c'est bien à Rome que sera son destin. Il y retourne en 1532, date à laquelle le pape Clément lui commande les deux panneaux latéraux de la Chapelle Sixtine. Finalement, Michel-Ange n'exécutera qu'un seul des deux panneaux... mais quel panneau !... « Le jugement dernier» ornant l'autel de la chapelle, représente probablement, au bout de huit ans de travail acharné, l'aboutissement de son art... à égalité avec le plafond de la Sixtine ! Pourtant, aboutissement ou pas, en 1546, malgré son âge avancé de 72 ans, Michel-Ange est nommé par le pape Paul III architecte en chef de la Basilique Saint Pierre : il a carte blanche pour en modifier les plans à son gré, tâche qu'il accomplira contre toutes les jalousies avant de décéder le 18 février 1564 à l'âge canonique de 88 ans.

S i vous voulez briller en société...

Précédent Home CityStories