Henri VIII

Sa vie...

Q ue retiendra-t-on de ce personnage ? Ses «démêlés» sentimentaux sont probablement en tête de liste avec ce que l'on peut qualifier de records dans l'Histoire des têtes couronnées : 6 mariages dont 2 répudiations et 2 exécutions... À priori, personne n'a fait mieux, ni avant, ni depuis ! Henri, né le 28 juin 1491, est le second enfant mâle du roi Henri VII Tudor d'Angleterre et en tant que tel, n'est pas destiné à régner. En quête d'une alliance solide, le roi marie Arthur, son fils ainé, à Catherine d'Aragon, la tante du futur Charles Quint... Un premier weekend en villégiature pour les deux jeunes mariés et catastrophe : Arthur attrape une fièvre dont il ne se remettra pas... Catherine est veuve et Henri devient l'héritier de la couronne... et pourquoi ne pas faire perdurer l'alliance entre l'Espagne et l'Angleterre en remariant les deux adolescents ? Aussitôt dit, aussitôt fait : le 11 juin 1509, quelques semaines seulement après son accession au trône et après des «vérifications d'usage» visant à s'assurer que le mariage entre Arthur et Catherine n'avait pas été «consommé», Henri épouse son... ex-belle-sœur... vous suivez ?

Henri VIII par Holbein (1537)

Henri VIII par Holbein (1537)

Une petite fille, la future reine d'Angleterre Marie Tudor, surnommée plus tard «Bloody Mary», naît en 1516... mais Henri veut un héritier mâle. En 1527, Catherine a passé la quarantaine : ses espoirs s'amenuisent d'enfanter à nouveau. De plus, une beauté montre son joli minois depuis quelques temps à la cour : il s'agit d'une certaine Anne Boleyn, l'une des dames d'honneur de la reine... Henri en tombe amoureux fou ! Mais comment se sortir de son mariage ? L'idée : prétexter que l'union de Catherine et de son frère Arthur devait forcément avoir été «consommée» et que par conséquent, son mariage à lui n'était pas valide... sauf qu'à cette époque, se séparer ne se fait pas grâce à une simple procédure administrative : il faut obtenir une dispense papale... que le pape Clément VII traîne à fournir. Henri est impatient... Il demande à ses plus proches conseillers de trouver une faille de droit... peine perdue : le pape refuse bel et bien l'annulation du mariage. Henri va alors passer outre et épouse Anne Boleyn... Il sera excommunié après que l'archevêque de Canterbury a déclaré : «Nous reconnaissons que sa Majesté est le protecteur particulier, le seul et suprême et, autant que la loi du Christ le permet, le chef de l'Église et du clergé d'Angleterre»... Après le cataclysme de la Réforme initiée par Luther dix ans plus tôt, c'est un nouvel ouragan qui s'abat sur la Sainte Église catholique : la religion anglicane vient de voir le jour.

La cathédrale de Canterbury en Angleterre, le siège de l'Église anglicane

La cathédrale de Canterbury en Angleterre, le siège de l'Église anglicane

Durant la seconde partie de son règne, Henri semble prendre goût à la diversité en matière de femmes. Après qu'Anne Boleyn a enfanté d'une fille, la future Elizabeth Ière, le roi finit par se lasser d'elle et l'accuse d'adultère... Elle est exécutée à la Tour de Londres en 1536. Puis c'est au tour de Jane Seymour de tomber dans les griffes du roi... Elle mourra en couches en lui donnant le fils qu'Henri espérait tant, le futur et bref Édouard VI qui ne régnera que six ans. Viennent ensuite Anne de Clèves, répudiée parce que jugée trop laide, Katherine Howard, adultère et... exécutée, et enfin Katherine Parr qui survit un an au roi. Cependant, hormis le côté «anecdotique» (hormis pour Anne Boleyn et Katherine Howard !) de ces mariages à répétition, c'est bien le schisme avec l'Église catholique qu'il faut retenir. Le roi d'Angleterre est désormais aussi le chef de l'Église Anglicane, évinçant ainsi le pape de son rôle premier de chef des croyants. Dans les faits, cette nouvelle religion est un subtil mélange entre le catholicisme et le protestantisme. Cette religion et sa hiérarchie sont encore d'actualité aujourd'hui.

Anne Boleyn

Anne Boleyn

Côté géopolitique, l'époque est dominée par l'affrontement sans merci que se livrent François Ier, roi de France, et Charles Quint, roi d'Espagne et Empereur du Saint Empire germanique. Dans cette guerre de titans, Henri VIII joue les arbitres, allant au gré du vent et n'hésitant pas à trahir ses alliances passées. Au début de son règne, une alliance est logiquement signée avec l'Espagne, Henri étant marié à Catherine d'Aragon. Ceci n'empêche pas Henri de festoyer avec François Ier au camp du drap d'or en 1520 : le roi français tente en effet de renverser cette alliance... À l'issue des festivités, après s'être juré fidélité éternelle, Henri retourne sa veste et réitère son alliance avec Charles Quint !

La rencontre de François Ier et d'Henri VIII en 1520 au camp du drap d'or

La rencontre de François Ier et d'Henri VIII en 1520 au camp du drap d'or

L'annulation du mariage d'avec Catherine provoque quelques tensions avec l'Espagne... Rappelons que Catherine était la tante de Charles Quint. De même, le schisme qui en découle n'a pas vraiment favorisé le rapprochement entre les deux souverains, Charles étant le champion hors-catégorie de l'Église catholique. Enfin, Henri se proclame roi d'Irlande et à ce titre, de l'Église irlandaise... ce qui ne convient pas non plus au pape... et donc à Charles. Pourtant, au profit d'une énième guerre entre Charles Quint et François Ier en 1544, Henri se déclare allié de Charles et prend la ville de Boulogne sur mer aux Français... la ville redeviendra française trois ans plus tard. Henri VIII décède la même année que François Ier, le 28 janvier 1547. Il aura réussi à stabiliser un royaume qui sortait de trente ans d'une guerre fratricide entre la famille d'York et celle des Lancastre... Cette guerre avait décimé dit-on près du tiers de la population anglaise. Après son règne et ceux de son fils Édouard et de sa fille Mary, le trône revient à sa seconde fille, Elizabeth Ière : c'est elle qui propulsera le royaume d'Angleterre vers le sommet de l'Europe.

Elizabeth Ière

Elizabeth Ière

Précédent Home CityStories