Charles Quint

Sa vie...

E n ce temps-là, l'Allemagne n'existait pas : au lieu de cela, une multitude de micro-royaumes étaient réunis au sein du Saint Empire germanique. En ce temps-là, l'Autriche couvrait la moitié de l'Europe. En ce temps-là, les Pays-Bas étaient espagnols. En ce temps-là, les Incas et les Aztèques peuplaient l'Amérique du Sud. En ce temps-là, Naples, Milan et la Sicile étaient des royaumes autonomes. En ce temps-là, la Bourgogne, un état qui allait, un demi-siècle plus tôt, de la Mer du Nord à l'Italie, venait de rejoindre la couronne française... En ce temps-là, c'était le début du XVIème siècle. Charles de Habsbourg naît dans les Pays-Bas méridionaux, l'actuelle Belgique, le 24 février 1500. Son héritage à venir est lourd : ses ancêtres sont les souverains de Castille, d'Aragon, de Bourgogne et d'Autriche... Peu à peu au cours de son adolescence, Charles va récupérer cet héritage titanesque. A 6 ans, son père Philippe meurt et lui laisse le duché de Bourgogne amputé de... l'actuelle Bourgogne que le roi de France Louis XI avait, quelques années auparavant, réussi à chiper à Charles le Téméraire, l'aïeul de Charles. A 16 ans, son grand père Ferdinand d'Aragon décède à son tour : Charles hérite de l'Aragon, de la Sicile et de Naples. Sa mère Jeanne est reine de Castille mais... elle est folle ! Charles l'écarte de la couronne et en profite pour récupérer la Castille : il devient «roi des Espagnes». Enfin, à 19 ans, son autre grand père, Maximilien de Habsbourg trépasse à son tour : ce sont alors les duchés autrichiens qui tombent dans le giron de Charles... En 1519, à seulement 19 ans, il est LE souverain qui compte en Europe.

L'héritage de Charles Quint

L'héritage de Charles Quint

Ce n'est pourtant pas fini. Ce grand père, Maximilien de Habsbourg, est aussi Empereur du Saint Empire germanique : à sa mort, il faut donc procéder à une nouvelle élection, le souverain de cet Empire étant en effet élu. Charles est favori au vu de ses antécédents mais une élection est une élection : Henri VIII, le jeune roi d'Angleterre, mais surtout François Ier, le nouveau roi de France, sont sur les rangs... sauf que cette élection est «un peu» truquée d'avance ! En fait, est généralement élu celui qui arrose le plus de son or... à ce petit jeu, Charles l'emporte le 28 juin 1519, soutenu par un riche banquier allemand. Il devient Karl V... plus connu sous le nom de Charles Quint... Quint comme «cinquième». Dès 1519, Charles est à la tête d'un gigantesque Empire auquel il convient d'ajouter les nouvelles conquêtes sud-américaines revendiquées par Cortès ou Pizarro au nom de la couronne d'Espagne.

Charles Quint préside la Diète du Saint Empire à Augsburg

Charles Quint préside la Diète du Saint Empire à Augsburg

Charles a désormais deux idées fixes en tête : récupérer la Bourgogne, la terre de ses ancêtres, et, en tant que souverain germanique, faire revivre l'Empire de Charlemagne du début du IXème siècle... Pour cela, il doit vaincre l'un des pays les plus influents d'Europe : la France. L'occasion lui en est rapidement donnée puisque suite à sa défaite lors de l'élection de l'Empereur germanique, François Ier se sent acculé de toute part... Il prend l'initiative, déclare la guerre et va de défaite en désastre... jusqu'à celui de la bataille de Pavie le 24 février 1525 au cours de laquelle il est fait prisonnier : le roi français reste le captif de marque de Charles à Madrid durant plus d'un an. Début 1526, le traité de Madrid est signé : François et libéré mais laisse le dauphin François et son frère Henri de France, le futur Henri II, en gage dans la capitale espagnole. En outre, il lui est demandé de s'acquitter d'une somme de deux millions d'écus, de renoncer à ses prétentions sur l'Italie et de laisser les Flandres, l'Artois et... la Bourgogne... Ça y est : Charles récupère sa province ! Mais c'est sans compter sur le culot du roi français qui, dès son retour en France, décrète le traité nul et non avenu car signé sous la contrainte... Ses deux fils resteront quatre ans prisonniers à Madrid. En outre, les Bourguignons rejeteront massivement leur détachement de la couronne française... C'est donc une victoire en trompe l'œil pour Charles.

La bataille de Pavie

La bataille de Pavie

La guerre durera encore quatre ans mais aucun des deux souverains ne prendra véritablement l'avantage : la paix, inévitable, est signée en 1529. S'ensuit alors une période de quinze ans au cours de laquelle la lutte restera larvée, chacun tentant de déstabiliser l'autre au moyen d'alliances plus ou moins contre nature ou bien en soutenant des révoltes internes. Ce n'est qu'en 1544 avec le traité de Crépy que les deux hommes enterrent enfin la hache de guerre... qui sera assez rapidement déterrée avec Henri II, le fils de François... Dans les faits, la lutte entre la France et les puissances espagnoles et autrichiennes ne fait que commencer : elle durera plus de deux siècles !

Charles Quint par Titien (1548)

Charles Quint par Titien (1548)

Sur le plan intérieur, Charles Quint doit faire face à un évènement qui bouleversera le XVIème siècle. À l'aube des années 1520, un moine, Martin Luther, défie l'autorité papale en tenant la Bible pour seule source de l'autorité religieuse... En clair pour lui, le pape et le clergé ne sont pas les maîtres de la parole de Dieu... Les frasques des Borgias sont encore dans toutes les têtes ! Pour ses paroles blasphématoires, le 3 janvier 1521, Luther est excommunié... C'est le début d'un schisme apocalyptique au sein de la chrétienté : l'Église réformée est sur le point de voir le jour. En 1530, dans la foulée de l'expansion des idées protestantes dans l'Empire, des princes allemands convertis à la nouvelle religion se réunissent dans une ligue et défient l'autorité de Charles. Le différend perdurera jusqu'en 1547, date à laquelle les armées de Charles battent celles des princes : leur meneur est emprisonné ; la rébellion des princes semble matée... temporairement seulement car quatre ans plus tard, au profit d'un renversement d'alliance, Charles est dans l'obligation de négocier et de trouver un compromis : il proclame, à contre cœur, une amnistie générale pour les protestants et la liberté d'exercer leur culte.

Martin Luther placarde ses «95 thèses»

Martin Luther placarde ses «95 thèses»

Le monarque est malade depuis un certain nombre d'années : très tôt, il envisage de laisser le pouvoir. Il commence à préparer les esprits et, dès 1546, son fils Philippe prend peu à peu les manettes de l'Empire : d'abord Milan, puis les Flandres puis Naples. Enfin, c'est le mariage de Philippe à Marie Tudor, la fille d'Henri VIII reine d'Angleterre. Le 25 octobre 1555, Charles estime son fils prêt à régner : il abdique à Bruxelles en faveur de son fils Philippe et se retire dans un monastère en Espagne où il meurt le 21 septembre 1558.

L'abdication de Charles Quint

L'abdication de Charles Quint

Précédent Home CityStories