«Terre... !»

Le fil des évènements...

A ffronter l'Atlantique au XVIème siècle relevait d'une aventure qui souvent s'avérait fatale : à cette époque, seuls quelques vikings en quête de richesses avaient osé franchir le pas... Erik le Rouge découvrait le Groënland en 986. En revanche, depuis, plus rien ! Le problème majeur : disposer d'outils et de cartes fiables pour naviguer dans un espace où seuls le soleil et les étoiles pouvaient servir de repères. L'idée : arriver à déterminer la latitude et la longitude de sa position, la première servant à se repérer sur l'axe nord/sud, la seconde sur l'axe est/ouest. Pour la première, les marins se repéraient par rapport à l'étoile polaire... Mais la chose coinçait à partir du moment où vous vous aventuriez dans l'hémisphère sud : cette étoile n'est plus visible de là-bas ! La difficulté a été contournée dès 1488 grâce à l'observation de l'inclinaison du soleil avec un astrolabe nautique. Mais restait la longitude : les grands explorateurs du XVIème siècle ont du se passer d'une mesure fiable de cette coordonnée... l'octant, l'ancêtre du sextant ne sera inventé qu'en 1731 !

Astrolabe

Un astrolabe

Malgré ce côté «aventure à l'aveugle», certains n'hésitent pas à se lancer. Bercé par les écrits de Marco Polo et persuadé que les Indes, la contrée des précieuses épices, peuvent être atteintes en passant par l'ouest, Christophe Colomb, un navigateur génois, persuade les très catholiques souverains espagnols Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon, de financer son expédition : le 12 octobre 1492, il débarque sur une île qu'il croit appartenir aux Indes orientales... Il vient de découvrir une petite île des Bahamas ! En poursuivant sa route, il tombera sur Cuba puis Haïti. Un an plus tard, il repart à nouveau et met cette fois-ci le pied sur les îles de Guadeloupe, Porto-Rico puis la Jamaïque. Au vu des navires chargés de ressources précieuses et de denrées inconnues en Europe, l'Espagne demande au pape Alexandre VI de leur octroyer l'exclusivité de la découverte des nouveaux territoires... Le traité de Tordesillas signé par le pape en 1494, donne aux Espagnols l'autorité sur toutes les futures nouvelles découvertes à l'ouest d'une ligne de partage située à 1770 kms des îles du Cap vert.

Christophe Colomb débarque en Amérique

Christophe Colomb débarque en Amérique

Pourtant, les Caraïbes ne constituent pas le continent en tant que tel puisque ce sont des îles. Christophe Colomb a-t-il donc été le premier à découvrir l'Amérique ? Henri VII d'Angleterre en tout cas ne souhaite pas se laisser griller la priorité ! Il dépêche une petite expédition conduite par John Cabott vers l'ouest : elle atteint Terre Neuve le 24 juin 1497... un an avant que Christophe Colomb, lors de sa troisième expédition, ne prenne pied sur l'actuel Vénézuela. L'aube du XVIème siècle voit les expéditions se multiplier et ce sont les côtes du Brésil, l'Amérique centrale ou la Guyane qui sont découvertes. En 1507, ces nouvelles terres se trouvent un nom : l' «Amérique» vient du nom d'un navigateur florentin, Amerigo Vespucci, dont l'éditeur d'un livre de référence a cru à tort qu'il avait été le premier à découvrir le continent. Dans le même ouvrage, les premières cartes du «Nouveau Monde» sont dessinées... On y trouve les Rocheuses et les Andes pourtant encore inconnues. Peu à peu, c'est toute la côte est du continent américain qui est explorée... Bientôt, en 1522, le navigateur portugais Fernand de Magellan bouclera le premier tour du monde.

Le tour du monde de Magellan

Le tour du monde de Magellan

Dès 1510, les expéditions ne visent plus seulement à explorer ces «Eldorados» : c'est désormais de la colonisation des terres et de l'exploitation de leur richesse dont il s'agit. En 1512, Saint-Augustin est créée dans la Floride toute fraîchement découverte : il s'agit de la toute première ville européenne fondée sur le continent américain. Cependant, dans ce que l'on appelle maintenant l'Amérique latine, de puissants peuples avaient bâti des civilisations mythiques... Pour s'installer, il fallait donc déjà les vaincre. L'ère des conquistadores commence à la fin des années 1510. En 1519, Hernan Cortès s'attaque aux Aztèques dans le nord actuel du Mexique : il conquiert leur capitale Tenochtitlan, proche de l'actuelle Mexico, et la fait raser. Dix ans plus tard, en 1532, c'est Francisco Pizaro qui, avec seulement 180 soldats et quelques chevaux, s'en prend aux Incas installés au Pérou, en Équateur et au Chili : il capture leur Empereur Atahualpa... Les Incas doivent plier ; leur capitale Cuzco est prise.

Cortès prend Tenochtitlan

Cortès prend Tenochtitlan

Ces conquêtes très rapides sont largement imputables aux armes utilisées de part et d'autre : lances, sabres ou arcs contre arquebuses et arbalètes... Ajouter à cela les chevaux des Espagnols qui terrorisaient les indiens... La lutte était par trop inégale. La victoire par KO des Espagnols a laissé la place à la désolation dans ces Empires plusieurs fois centenaires : le travail dans les mines d'argent, la sous-alimentation et les maladies inconnues comme la rougeole ou la grippe, ont eu raison de ces civilisations. Selon les sources, ce seraient entre 5 et 40 millions d'indiens qui auraient été décimés, soit largement plus de la moitié de la population.

Le massacre des Indiens

Le massacre des Indiens

L'Amérique du Nord n'a pas vu le même schéma se dérouler. Première grosse différence : il s'agit d'une chasse gardée de la France et de l'Angleterre et ce, malgré les protestations espagnoles qui devaient, selon le traité de Tordesillas, rester maîtres des terres à l'ouest d'une ligne fixée par le pape. François Ier aurait déclaré : «Je voudrais bien voir la clause du testament d'Adam qui m'exclut du partage du monde». Il dépêche Giovanni da Verazzano, un navigateur florentin, vers l'ouest : ce dernier fonde la «Nouvelle Angoulême» en 1524, une ville qui devait avoir un «certain avenir» au vu de sa situation géographique... La ville sera ensuite appelée «Nouvelle Amsterdam» puis «New York» ! En 1534, François Ier charge le navigateur Jacques Cartier de partir à la découverte de «certaines îles et pays où l'on dit qu'il se doit trouver grande quantité d'or et autres riches choses». Après une traversée express de seulement trois semaines, Cartier pose le pied en «Nouvelle France» ... Aujourd'hui, le Canada. Un an après, il y revient, découvre l'embouchure du fleuve Saint-Laurent et fonde les futures Québec et Montréal... La région du Québec demeurera française jusqu'en 1763, date à laquelle Louis XV devra la céder aux Anglais.

La Nouvelle France

La Nouvelle France

Précédent Home CityStories